Axe 4

développement durable

pratiques éco-responsables

Dev durable.jpg

Notre Fédération est fortement impliquée dans cette démarche depuis 2009. Certains membres de notre équipe y ont contribué activement. Que ce soit à l’échelon local, départemental, régional ou national, nous sommes mobilisés. Notre Fédération soutient la politique de préservation des écosystèmes en eau douce et en milieu marin, la promotion de nos activités de nature comme vecteur de découverte et d’éducation, la valorisation de nos activités dans « l’économie bleue ». La notion de Responsabilité Sociétale des Organismes (RSO) mise en place dans le mouvement sportif par le CNOSF depuis 2019 intègre les enjeux du développement durable dans nos activités en prenant en compte des critères sociaux, économiques, écologiques, éthiques et d’innovation… en lien avec toutes les parties prenantes (bénévoles, salariés, pratiquants, partenaires, prestataires). Cette notion remet davantage l’humain au cœur du dispositif du Développement Durable.

 

Volet social :

  • Renforcer l’esprit d’appartenance fédérale, en laissant la place aux individus et aux clubs pour s’y épanouir dans leurs pratiques tout en développant ce sentiment d’appartenir à une fédération.

  • Participer à la mise en valeur des dimensions sociétales du sport dans tout son environnement. Cet aspect, très large, est facteur d’intégration.

  • Promouvoir le sport pour tous les publics, tous les âges de la vie et tous les territoires.

  • Motiver à la réalisation de conventions scolaires et périscolaires. L’obésité des jeunes due en grande partie à l’addiction aux écrans peut être aidée par la vision du monde subaquatique à travers le masque, avec amélioration de la santé physique et mentale.

  • Mettre en valeur notre richesse culturelle dans les activités subaquatiques.

  • Poursuivre encore la féminisation des cadres (et des pratiquantes) dans nos pratiques, avec poursuite des recherches de moyens de valorisation.

  • Développer les actions en faveur des seniors à travers le bien-être et le sport santé (dont le Fit palmes fait partie),la notion même d’Activité Physique Adaptée (APA) du sport santé répond à cette demande.

  • Poursuivre la politique active en matière d’accueil des personnes en situation de handicap.

  • Soutenir les valeurs éthiques du sport et la prévention du dopage.

  • Lutter contre toutes formes de discrimination et de violences dans les activités sportives fédérales.

  • Se mobiliser pour fidéliser au mieux nos adhérents.

  • Prévoir un nouveau format pour les RIPE, davantage ouvert vers les publics jeunes non captifs.

  • Aider aux déclinaisons régionales des opérations dédiées aux jeunes, avec soutien de ces actions financièrement comme cela était le cas il y a plusieurs années et avec une cohérence nationale. (Les déclinaisons régionales pourraient déboucher sur un challenge national regroupant les challengers régionaux, type Inter Ville à caractère ludique et médiatisable).

 

Volet économique :

  • Penser en termes de viabilité et durabilité en valorisant l’aspect transversal de nos activités au niveau économique et social.

  • Renforcer les relations avec les directions en charge du Tourisme afin de promouvoir l’action de nos structures dans le cadre de destinations éco-responsables.

  • Passer d’une activité dite de « niche » à une vraie filière des activités subaquatiques dans certains territoires. Cela permet d’autres rapports avec nos institutions.

  • Poursuivre des partenariats de confiance avec le monde socio-économique.

  • Occuper toute notre place dans les leviers de « l’économie bleue », aux côtés des autres activités économiques.

  • Soutenir les mesures territoriales propres à faciliter le développement des activités subaquatiques, propres à mieux appréhender notre poids socio-économique.

  • Elargir le champ partenarial de la fédération en valorisant nos activités qui amènent entre autres aux métiers de la mer. Ainsi mieux communiquer sur notre engagement éco-durable auprès des jeunes à l’école, favoriser la création de sections plongée dans les établissements scolaires, et créer des filières pour les stagiaires universitaires de sciences, d’animation sportive (etc…).

  • Pérenniser la synergie fédérale et la relation secteur professionnel et secteur associatif. Ces deux canaux sont vraiment complémentaires.

  • Rendre plus juste la représentativité du secteur professionnel fédéral, selon les territoires, dans le cadre de ce que permet la loi.

  • Valoriser nos structures fédérales à l’étranger, en particulier par un stand au BOOT de Düsseldorf, afin d'attirer les plongeurs étrangers en France.

  • Réfléchir sur la possibilité d’une TVA à taux intermédiaire pour les entreprises de plongée sportive pratiquant en environnement spécifique, ce qui favoriserait la démocratisation de l’accès aux pratiques sportives subaquatiques, à un moment où le sport est reconnu comme facteur de santé.

  • D’autre part, faire profiter impérativement les clubs associatifs des mêmes avantages financiers fédéraux de la Boutique que ceux des SCA (avoirs sur les produits fédéraux).

 

Volet environnemental :

  • C’est le cœur de métier de notre fédération, nous sommes essentiellement un sport de nature et nous nous devons de la protéger, c’est notre avenir. Sports d’une nature à préserver, et sports d’une nature à vivre.

  • Renouer impérativement la convention cadre avec le ministère de l’Environnement signée en février 2016 pour 3 ans mais non renouvelée !

  • Poursuivre et revivifier la convention avec Longitude 181.

  • Poursuivre la politique du label écosub.

  • Utiliser et largement diffuser à l’échelon club, les outils existants comme le livret des éco gestes du plongeur responsable.

  • Intégrer davantage les outils numériques DORIS et CROMIS pour une meilleure connaissance des espèces et des milieux. Ces outils permettent une implication accrue d'un large public (tels les jeunes de la génération digitale, mais pas seulement) et permettent également une reconnaissance du rôle des plongeurs de la fédération par des institutions scientifiques.

  • Poursuivre notre implication dans les actions environnementales aussi bien en mer qu’en eau douce, en soutien des actions menées localement.

  • Encourager la création des mouillages écologiques permanents sur les sites de plongée réguliers  .

  • Donner une seconde vie à nos combinaisons néoprène. Il n’existe pas de filière nationale cohérente de recyclage, mais des initiatives localisées. Participer à une solution responsable, comme d’autres fédérations sportives le font, pour créer de nouveaux objets et de la nature secondaire.

  • En tant que « Sentinelles bleues » nous sommes compétents en matière d’expertise subaquatique, soutenir et valoriser les sciences participatives, soutenir les actions citoyennes de ramassage de déchets, soutenir le suivi de récifs artificiels.

  • Soutenir les implications territoriales dans la stratégie de gestion durable des sites de plongée : nos missions sont d’une importance capitale dans ces domaines. Nous sommes les dépositaires de l’héritage de ce territoire infralittoral.

  • Poursuivre la politique d’avoir un référent national élu chargé du développement durable, épaulé de la chargée de mission salariée fédérale.