Rechercher

Parole de... Lucas, dirigeant de SCA




« Parole de... » est la restitution des interviews que nous avons mené auprès de bénévoles actifs de la FFESSM pour challenger notre programme . Ces échanges ont été riches et nous avons décidé de les partager avec vous car ils portent la voix du terrain. Ils nous parlent de leur vision de la fédé, leurs espoirs et de leurs attentes.



Bonjour Lucas, quelle est ta fonction aujourd'hui dans le monde fédéral ?

Je suis moniteur de plongée professionnel et je dirige une petite SCA, une structure commerciale agréée.


Quelle est ta vision de la ffessm aujourd'hui ?

En tant que professionnel de la plongée loisir, je peux comparer la FFESSM à d’autres organismes de formation en plongée. D’abord, j’apprécie vraiment les valeurs de plongée de la fédération, et la doctrine tournée autour de l‘associatif et du loisir/sécurité.

En revanche, je trouve très compliqué de travailler avec la fédé en tant que professionnel. Je peux prendre de nombreux exemples mais il y a un problème d’organisation et de fluidité, rien n’est simple. OK, on a le statut de Structure Commerciale Agréée, mais on sent bien que ça coince pour nous intégrer dans l’organisation. Là, il y a un gros travail à faire.

Alors qu’il y a un partenariat gagnant/gagnant à monter. Nous délivrons des licences, nous signons des brevets, nous contribuons à la pérennité de la FFESSM. Moi j’ai plein d’idées, je veux bien travailler là-dessus en tripartie avec des responsables fédéraux – plongeurs de clubs – professionnels, des personnes prêtes à s’écouter et à travailler sur une problématique multifactorielle.

Et il faudra rapidement le faire, sinon, l’école de plongée française va décliner au bénéfice d’organismes de plongée, étrangers qui font du lobbying pour s’imposer en France. Travailler avec eux est simple, leur niveaux sont lisibles, les marges des pro sont meilleures, il faut impérativement intégrer les professionnels à l’avenir de la FFESSM pour conserver notre façon de plonger.


Qu'est-ce qui te plaît et qu'est-ce qui te déplait ?

Les points positifs : la doctrine de plongée, superbe. Il y a un haut niveau d’expertise plongée de ses membres. On y trouve aussi une culture de la convivialité et l’accès au sport pour tous, les seniors, les enfants, les publics difficiles, les handicapés à travers handisub, ...Et puis c’est une structure historique disposant de moyen politique et d’une visibilité mondiale

Les points d’améliorations : réduire la complexité et apporter le soutien qu’on attend d’une structure . Mettre du « liant » entre les structures pro et la fédération. Arrêter les changements permanents dans le mft (Manuel de formation technique), il change tout le temps ! Il faut se poser, prendre un peu le temps de voir où on veut aller, le faire relire par d’autres personnes et enfin le sortir sans changement tous les semestres.


Dans ton rôle de moniteur et de gérant de SCA, qu'est-ce que tu attends de la fédération aujourd'hui ?

Beaucoup de choses 😊

J’aimerai des solutions clé en main pour faire fonctionner ma structure et que ces solutions soient simples et m’apportent un réel soutien. Evidemment un système de validation de diplôme simple, ergonomique, rapidement utilisable.

J’attends aussi des supports pédagogiques en appui du MFT (Manuel de Formation Technique). Aujourd’hui chacun fait ses supports dans son coin, en cherchant sur le web. On fait acheter à nos plongeurs les livres de Alain Forêt Plongée plaisir. La FFESSM devrait créer ses propres supports d'enseignement, dans une banque, simple d’accès et libre d’utilisation, ça faciliterait la vie des encadrants et des plongeurs.


Ensuite, rendre lisible le cursus fédéral aux plongeurs lambda et ce qu’il peut faire avec. Aujourd’hui les seuls documents accessibles sont à destination des encadrants. Ils sont compliqués. On ne pense pas assez au pratiquant, au sportif. Du coup, on a des plongeurs qui d’entrée veulent faire un Open water et non un Niveau 1. On a un problème de lisibilité et on perd des brevets.


Enfin, j’aimerai un soutien de la filière professionnelle, encore une fois, dans une logique WIN -WIN – WIN.

Moi, je veux bien travailler sur ces sujets !


Si tu avais la possibilité de conduire 3 actions prioritaires pour répondre à tes besoins, ce seraient lesquelles ?

Alors à mon niveau :

  • Ne plus demander de licence pour la validation d’un diplôme

  • Ne plus exiger qu’un club pro signe 11 licences pour garder son affiliation

  • Que des ateliers de réflexion soient créés pour examiner les pistes d’améliorations des liaisons entre le monde professionnel et associatif fédéral

  • Que l’objectif de la FFESSM reste « Faire plaisir aux plongeurs qui dépendent d’elle »

Euh.. ça fait 4 en fait 😊

Pour conclure, les clubs pro /moniteur doivent réussir à vivre avec une pérennité financière et ce sport doit malgré tout rester accessible et abordable … partant de là, tout doit être écrit !


114 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout